La fontaine

fontaine-autrefois

La fontaine est située au sud-est de l’église. (que l’on aperçoit à droite, au-dessus de la personne en sombre)

Les templiers puis les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem montraient une grande dévotion à Saint Philibert. Ils possédaient quelques reliques de ce saint qui ont dû être profanées. En effet, d’après la tradition « une femme de Velle-sous-Gevrey, honorable et vertueuse, étant occupée à la fontaine, fut singulièrement étonnée de voir surnager à la surface des gouttes de sang frais, qui ne se mêlaient point avec l’eau et que l’on ne pouvait saisir. Tout à coup, elle entendit comme une voix qui lui disait que l’eau de la fontaine était sainte parce que des mains criminelles y avaient jeté une partie des ossements de Saint Philibert. Aussitôt, on fit des recherches et l’on trouva au fond de la fontaine des ossements adhérant aux débris d’un reliquaire ».

Les eaux de la fontaine avaient la propriété miraculeuse de guérir toutes sortes de plaies mais plus spécialement des « écrouelles ou humeurs froides ».

Cette croyance est à l’origine du pèlerinage qui remonte très certainement à l’époque des templiers qui possédaient la fontaine déjà dénommée « Fontaine des Pèlerins ».

Le pèlerinage avait lieu le Lundi de Pâques et le 20 août ; jour de la fête patronale du village. Aujourd’hui encore, les pèlerins viennent à Saint-Philibert le Lundi de Pâques.

« L’air était si bon à Saint-Philibert qu’au temps de la contagion à Dijon, en 1631 et 1632, plusieurs bourgeois de cette ville s’y retirèrent, personne ne fut malade. »

La source avant restauration

la-source-avant-restauration

La source après restauration

la-source-apres-restauration